JusticeMonde

Mali: la société civile de Kayes demande justice» après la mort d’un jeune

0
(0)

La Préfecture de Kayes incendiée par les manifestants

Le calme est revenu ce matin à Kayes, cette ville de l’ouest du Mali, théâtre de violences ces deux derniers jours, émeutes consécutives à la mort d’un jeune homme lundi soir, tué par un policier alors qu’il circulait à moto.

Depuis le début de la semaine, un commissariat a été incendié et deux autres jeunes ont perdu la vie dans ces affrontements. Des jeunes qui ont bloqué certaines artères de la ville exprimaient aussi leur mécontentement face au couvre-feu imposé pour limiter la propagation du coronavirus.

Mamadou Coulibaly, le président de la société civile de Kayes, explique pourquoi la situation était déjà tendue et pourquoi cette mort à mis le feu aux poudres : « C’est la première fois que cela se passe au niveau de notre ville. La plupart des jeunes sont dans l’économie informelle. Avec le couvre-feu, cela a beaucoup impacté leurs activitésIls dénoncent leurs conditions de vie et de travail. Donc, aujourd’hui, les jeunes sont dans cette dynamique à ce qu’il y a eu cette malheureuse altercation. »

Une justice exemplaire pour apaiser la situation

D’après lui, la population est sous le choc suite à ces évènements et il demande une justice exemplaire : « On a perdu trois jeunes. Cela a choqué la population de Kayes. C’est un fait exceptionnel. Cela n’arrive jamais. S’il y a de la violence, cela veut dire les jeunes ont été violentés. C’est pourquoi ils ripostent. Ils ne manifestent jamais comme cela. On a demandé que justice soit faite suite à l’assassinat d’un jeune de 17 ans par un policier. Il faudra que ces criminels soient mis aux arrêts, jugés puis punis ».

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer