SociétéMondePolitique

A seulement 23 ans, elle devient la plus jeune ministre au monde

0
(0)

Aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années. C’est ce qui exprime le mieux la nomination de Emma Theofilus seulement âgée de 23 ans au poste de Vice-Ministre des technologies de l’information et de la communication. La Namibie vient de donner l’exemple ou même d’ouvrir la voie à d’autres pays du monde et d’Afrique en particulier à faire confiance aux compétences des jeunes. Qui est donc cette charmante jeune femme désormais ministre des TIC de la Namibie ?

A seulement 23 ans Emma Theofilus est titulaire d’un Bachelor en droit avec distinction à l’Université de la Namibie. Elle est également diplômée en féminisme africain et études de genre à l’Université d’Afrique du Sud. Elle a eu un parcours très brillant et c’est sûrement ce qui a joué en sa faveur.
Ce qui est vraiment important à souligner est que la jeune femme a fait toutes ses études en Afrique. Et c’est souvent rare qu’on reconnaisse le talent et la compétence de la jeune génération qui fait tout leur cursus au pays. Comme pour certains les bonnes choses ne viennent que de l’étranger.

En tout cas ce qui est sûr le Président namibien vient de donner un grand exemple à tous les dirigeants à donner la chance aux jeunes pour qu’ils puissent faire leur preuve.

Et comme si le poste de ministre ne suffisait pas , le Président namibien Hage Geingob a également nommé la jeune femme, membre de l’Assemblée nationale. Pas de panique, c’est vrai que les députés sont élus normalement mais c’est la constitution namibienne qui lui permet de nommer 8 députés parmi les membres de l’assemblée nationale.
D’un seul coup la jeune femme Emma Theofilus devient donc la plus jeune ministre d’Afrique couplée de la plus jeune députée namibienne.
Bonne chance à elle !

 

RDC: La ministre de l’économie infectée par le coronavirus

Depuis quelques temps on ne décompte que des personnes infectées au covid-19. Du simple ouvrier au Président de la République en passant par les ministres, personne n’est épargnée. Selon le journaliste Achille Kadima, madame la ministre de l’économie de la RDC Acacia Bandubola Mbongo  est testée positive au coronavirus ce jeudi 19 mars.

Selon la même source elle a été contaminée par son chef de cabinet. Celui-ci n’étant personne d’autre que son frère, c’est donc normal que madame la ministre soit aussi contaminée. Selon les mêmes sources, elle présentait les symptômes de la maladie depuis deux jours. Ayant finalement compris que la situation s’aggrave elle a passé le test où elle a été déclarée positive à la maladie. Et depuis un moment elle a été placée en quarantaine avec son mari. Tous les membres de son cabinet se sont immédiatement présentés à l’INRB pour connaître leur état de santé par rapport au coronavirus.

Mais cette nouvelle de contamination inquiète vraiment le gouvernement car elle a participé avec son chef de cabinet à un conseil de ministre le vendredi 13 mars à Kinshasa. Un conseil présidé par le Président congolais en présence de tous les ministres du gouvernement. Selon le témoignage d’un des ministres recueilli par Politico.CD le Président a exigé que tous les ministres soient dépistés afin que le virus ne soit pas propagé par le gouvernement dont le rôle est normalement de protéger la population congolaise.
Les membres de cabinet et aussi ceux du gouvernement ayant participé au conseil des ministres sont tous dépistés et restent en observation. Mais qu’en est-il de la situation dans le pays actuellement par rapport à l’ennemi du moment, le coronavirus.

La RDC connaissait des cas de personnes infectées qui sont tous venues jusque là de l’étranger. Mais ce n’est désormais plus le cas car sur les 14 cas de malades au virus, 4 personnes qui sont des autochtones ont été contaminées sur place. L’information était de montrer la réalité à ceux qui sont toujours confiants et pensent que les autochtones sont épargnés par le virus. Pour freiner la maladie, le gouvernement a donc pris des mesures comme la suspension du traffic aérien en provenance des pays à hauts risques et des interdictions de rassemblement.

 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer