SociétéMonde

In memoriam : Seydou Guindo : Frère et ami jusqu’au bout

3
(2)

Personne ne se fait d’illusion sur son statut de mortel, surtout en ces temps où chaque jour  apporte son lot de tristesse, de deuil et de larmes. Mais que le sort frappe si près en si peu de temps, prenant les meilleurs d’entre nous ? Larbo hier, Badjene aujourd’hui! Qui demain? Car plus rien certain; le mal est tout autour et il semble aimer ceux que nous aimons. Comme Seydou Guindo Badjene dont la voix pleine ne remplira plus le salon où il aimait prendre ses aises, comme chacun de nous: le salon de Atou et Tiebilé, à la porte jamais fermée, à la table où les amis sont toujours les bienvenus. Oui, le mari de Tiguida s’est tû, posant cette fois-ci l’acte gravissime de nous quitter pour de bon, malgré lui car il était de ceux qui ne feraient pas de mal à une mouche.

Débonnaire et volontaire, aimant et jovial, il était écrit qu’il ne conduirait pas à son terme les démarches nuptiales de son fiston Maciré, ce qui lui tenait particulièrement à cœur. Mais c’est comme ça. La loterie de la vie sait être cruelle. Lui ne l’a jamais été. Du plateau dogon à Bamako, de Pointe à Pitre à Arusha, toujours le même: fraternel et amical, profond et sûr. Nous te saluons avec la déférence que tu mérites, Badjene!

Adam Thiam

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page