Justice

La Commission européenne a approuvé un nouveau mécanisme de financement

La Commission européenne a approuvé un nouveau mécanisme de financement destiné aux jeunes, aux migrants et aux femmes entrepreneurs des pays d’Afrique subsaharienne et du pourtour méditerranéen. Ce programme sera géré par l’agence hollandaise de financement du développement FMO.

L’enveloppe approuvée à la mi-juillet par l’exécutif de l’Union européenne porte sur une garantie de 75 millions d’euros, apportée par le Fonds européen pour le développement durable (EFSD), créé en septembre 2017. Elle est accompagnée d’une assistance technique de 8 millions d’euros de la Commission européenne et de 7,5 millions d’euros du Fonds d’inclusion financière MASSIF du gouvernement hollandais.

Le nouveau programme de partage de risques, dénommé NASIRA Risk-Sharing Facility, entend réduire les risques élevés « tant perçus que réels, liés aux prêts aux entrepreneurs mal servis dans les pays voisins de l’UE et en Afrique subsaharienne, dont beaucoup ont été contraints de fuir leur foyer » , explique un document de la Commission européenne, consulté par Jeune Afrique.

Atteindre les déplacés, les rapatriés, les femmes…

Géré par l’agence hollandaise de financement du développement FMO, le programme NASIRA offrira aux banques et institutions de microfinance locales des garanties pour les prêts accordés aux déplacés internes et aux réfugiés, aux rapatriés, aux femmes et aux jeunes âgés de 18 à 30 ans. « Les entrepreneurs pourront créer une entreprise plus facilement ou développer les petites entreprises qu’ils dirigent déjà » , a annoncé la Commission européenne. Ces garanties, selon les promoteurs du projet, permettront de dégager entre 500 millions et 1 milliard d’euros en faveur des personnes ciblées.

Cette initiative marque « un grand pas en avant pour s’assurer que le financement atteint les jeunes, les migrants et les femmes entrepreneurs qui sont potentiellement de grands créateurs d’emplois dans les pays où l’emploi est très nécessaire aujourd’hui et à l’avenir » , assure Linda Broekhuizen, directrice des investissements de FMO. L’institution hollandaise annonce avoir déjà reçu des manifestations d’intérêt de la Jordanie, pour garantir les entrepreneurs syriens, du Liban et de l’Ouganda, pour les femmes entrepreneurs, et de l’Égypte, pour les jeunes porteurs de projets.

Plan d’investissement extérieur de l’UE

NASIRA fait partie de la douzaine de mécanismes de garantis proposés par le Fonds européen pour le développement durable, initiative développée dans le cadre du Plan d’investissement extérieur (PIE) de l’Union européenne, lancé en septembre 2017.

La création du PIE n’a pas été sans controverses, notamment en raison l’un de ses objectifs, consistant à « s’attaquer à certaines des raisons pour lesquelles les gens quittent leur pays d’origine ». Une approche contestée par une douzaine d’ONG dont Oxfam, Care et Transparency International EU : « La coopération au développement doit être fondée sur les besoins et les droits des bénéficiaires et ne doit pas être utilisée comme levier de la politique étrangère ou être concentrée géographiquement sur la base d’intérêts stratégiques », avaient-elle alerté dans une déclaration commune en novembre 2016.

La Commission européenne avance, pour sa part, que le PIE permettra de mobiliser, d’ici 2020, 44 milliards d’euros d’investissements en faveur du développement durable en Afrique et dans les pays voisins de l’UE, grâce à une contribution de l’UE de 4,1 milliards d’euros.

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer