MondePolitique

Sommet du G5 Sahel au Burkina en pleine spirale jihadiste

Les chefs d’Etat des pays du G5 ont fait le bilan de la présidence du Niger et défini la feuille de route pour l’année 2019 à l’occasion de leur cinquième conférence au Burkina Faso mardi. Et le même jour où le sommet se tenait à Ougadougou. cinq gendarmes burkinabè étaient tués dans une attaque contre un détachement militaire dans le nord du Burkina.

Les chefs d’Etat du G5 Sahel ont exprimé mardi leur profonde préoccupation face à la recrudescence des attaques terroristes dans leur pays. Dans la soirée, l’armée burkinabè a d’ailleurs annoncé que cinq gendarmes avaient été tués dans la journée lors d’une attaque contre un détachement militaire à Oursi, dans le nord du Burkina.

Même si les participants saluent le début effectif des opérations de la force conjointe, il reste encore la mobilisation des financements promis et le démarrage des projets pour le développement économique et socio-culturel contenus dans le programme d’investissements prioritaires

Tout en saluant le démarrage des opérations de la force conjointe, les chefs d’Etat du G5 Sahel s’engagent à la rendre pleinement opérationnelle dans les meilleurs délais, et à poursuivre le plaidoyer en vue de l’attribution d’un mandat onusien plus robuste.

« Les chefs d’Etat réitèrent leur appel au Conseil de sécurité des Nations unies à examiner favorablement leur requête de passer la force conjointe du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la charte des Nations unies, a déclaré Maman Sambo Sidikou, secrétaire permanent du G5 Sahel.Ils plaident en faveur d’une coopération plus étroite entre le G5 Sahel et les Etats-Unis. »

Angel Losada, le représentant spécial de l’Union européenne pour le Sahel s’est réjoui du démarrage des opérations de la force conjointe. Mais il a insisté sur le respect de l’accord de paix au Mali, condition pour la paix et la stabilité dans le Sahel. « Je dis toujours : tant qu’il n’y aura pas de paix au Mali, nous aurons difficilement la paix au Sahel en général, souligne-t-il. C’est un peu la clé de voûte de la situation. Quoiqu’il est vrai que l’insécurité est descendue du nord du Mali au centre du Mali, au nord du Burkina et à l’est du Burkina. »

Le président entrant, le Burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a rappelé l’urgence de la mise en œuvre du programme d’investissements prioritaires, feuille de route pour le développement durable des pays du G5 Sahel.

Voir l'image sur TwitterVoir l'image sur Twitter

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer