Politique

UE: accord «a minima» sur la réforme de la zone euro

Les réformes adoptées au petit matin après dix-huit heures de réunion ne reprennent pas certaines des idées les plus visibles comme celle d’un ministre des Finances de la zone euro ou la création d’un Fonds monétaire européen. Mais pour les 19 ministres des Finances, les résultats de ce matin vont dans le sens d’un très net renforcement de la zone euro avec en particulier de nouveaux outils pour le mécanisme européen de stabilité qui pourra prêter en dernier recours à une grande banque en situation de défaillance.

L’idée d’un budget commence à se dessiner

De la même façon, l’idée d’un budget de la zone euro commence à se dessiner, un résultat des propositions portées par la France puis l’Allemagne. « Je crois que nous avons fait de grandes avancées pour le développement futur de la zone euro et de l’Union bancaire ainsi que tout ce qui s’y rapporte ; de grands progrès dont il y a quelques années et même au début de celle-ci personne ne pensait que nous pourrions parvenir », a expliqué Olaf Scholz, ministre allemand des Finances.

« Mais nous sommes tout de même parvenus à nous accorder sur de nombreux points que nous avions préparés en Allemagne avec nos amis français dès l’été dernier. Nous avons réussi à faire en sorte d’avoir plus de sécurité dans le système bancaire et ceci fait partie de notre volonté de rendre tout ce système plus stable », a-t-il poursuivi.

Une clause d’action collective

Les Dix-Neuf ont aussi créé une clause dite d’action collective pour éviter que les effacements de dette puissent être bloqués par des demandes de compensation d’investisseurs privés. Pour eux la monnaie unique en sort renforcée pour son vingtième anniversaire.

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer