PolitiqueMondeSociété

Mali : Kayes secouée par des violences, IBK appelle au calme

0
(0)

Depuis lundi, Kayes, l’une des principales villes de l’ouest du Mali, est le théâtre de violentes manifestations provoquées par la mort d’un jeune, tué par un policier. Une réunion de crise a eu lieu mardi à la présidence et une enquête a été ouverte.

Lundi soir, soit deux jours après la levée du couvre-feu au Mali, un groupe de jeunes s’amusaient à moto en banlieue de Kayes, quand un policier leur a intimé l’ordre de s’arrêter. Le policier a alors « fait usage de son arme, tuant l’un des jeunes du nom de Seyba Tamboura », 18 ans, a relaté Mamadou Zoumana Sidibé, le gouverneur de la région de Kayes.

Estimant qu’il s’agit d’un « incident regrettable pour la police », Seydou Diallo, directeur régional de la police de Kayes, a en outre indiqué que « le policier n’était pas en mission (…) encore moins en patrouille ».

Flambée de violences

La nouvelle de la mort du jeune homme a provoqué un flambée de violences et d’affrontements entre jeunes et forces de l’ordre, au cours desquels au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées. Des manifestants en colère ont incendié un commissariat, saccagé un poste de police et érigé des barricades sur le pont de la ville. Les manifestations, qui ont démarré lundi soir, ont continué encore le lendemain, mardi.

« Devant la gravité de la situation », le gouvernement a dépêché mardi matin à Kayes une « mission de haut niveau du ministère de la Sécurité » qui compte notamment le directeur général de la police nationale et l’inspecteur en chef des services de sécurité et de la protection civile, a fait savoir Yaya Sangare, le ministre de la Communication, appelant « les populations au calme ». 

Appels au calme et à la justice

« Ce qui s’est passé est intolérable mais j’appelle mes frères et sœurs Kayesiens, mes fils et mes filles de la Cité des rails au calme et à la retenue », a écrit sur Twitter, Aliou Boubacar Diallo, député du cercle de Kayes et président du parti ADP-MAliba, arrivé troisième à la présidentielle de 2018.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer