MondePolitique

Algérie-France : les vraies raisons de la brouille diplomatique

0
(0)

L’annonce est tombée mercredi 27 mai dans la soirée. « L’Algérie a décidé de rappeler immédiatement en consultation son ambassadeur en France », a fait savoir le ministère des affaires étrangères algérien dans un communiqué. En cause : la diffusion, la veille au soir, de deux documentaires consacrés au Hirak, le mouvement de contestation populaire qui secoue l’Algérie depuis février 2019 et a notamment conduit à la démission du président Bouteflika, au pouvoir depuis 1999.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi  Le Hirak conteste l’« Algérie nouvelle » vantée par le régime

La chaîne France 5 proposait Algérie, mon amour, de Mustapha Kessous, réalisateur et journaliste au Monde, qui donnait la parole à cinq jeunes Algériens âgés de 20 à 29 ans. Sa diffusion a agité les réseaux sociaux. Certains internautes dénonçant une image « réductrice » du Hirak et la « non-représentativité » des interviewés. D’autres s’étonnant d’un tel tollé et rappelant qu’un mouvement populaire de cet ordre n’a pas de représentants désignés. Après la diffusion du film, plusieurs intervenants ont subi une campagne de harcèlement en ligne et affirmé avoir dû désactiver leurs comptes sur les réseaux sociaux. « Je savais que ça ferait polémique, mais je n’aurais jamais imaginé que les réactions prennent une telle ampleur. C’est du lynchage », regrette un proche d’un des intervenants.Le même soir, la chaîne LCP proposait Algérie : les promesses de l’aube, un film de Julie Peyrard et Sonia Amrane, également consacré au Hirak, dont la première diffusion avait eu lieu sur Arte, en juin 2019. Elles y décryptent quatre mois du mouvement de protestation en donnant la parole à des citoyens et à des intellectuels algériens.

« C’est du populisme »

« Si les autorités ont réagi, ce n’est pas pour la politique extérieure, mais bien pour l’opinion intérieure. C’est du populisme », estime Abderrahmane, 37 ans, proche du milieu du cinéma algérien. Il affirme ne pas être surpris par cette réaction, mais il s’inquiète de celle des internautes : « Cette violence sur les réseaux sociaux, c’est la même que celle dirigée contre ceux qui avaient voté lors de l’élection présidentielle du 12 décembre [boycottée par une importante partie de l’électorat et qui a abouti à l’élection du président Abdelmadjid Tebboune]. Finalement, le Hirak est comme un Dieu, on ne peut pas le critiquer. »

Lire aussi  En Algérie, des manifestations pro-Hirak ont repris pendant l’Aïd el-Fitr

Le rappel de l’ambassadeur algérien à Paris intervient dans un contexte de tensions persistantes en Algérie. Si les grandes manifestations organisées chaque vendredi se sont arrêtées du fait de l’épidémie de Covid-19, les attaques contre des opposants, des journalistes, de jeunes internautes critiques du pouvoir, n’ont, elles, pas cessé.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer