PolitiqueMonde

Burkina Faso : nouvelles nominations à la tête de l’armée

0
(0)

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a procédé mercredi, à des changements notables à la tête de l’armée, dans un contexte marqué par une montée des attaques terroristes dans le pays.

Le Colonel-Major Ouédraogo Gilbert a été nommé Chef d’Etat-Major Général des Armées, en remplacement du général Moise Miningou, selon un premier décret relayé par la télévision publique (RTB).

Dans un autre décret, le Colonel-Major Somé Vinta est nommé Chef d’Etat-Major Général Adjoint des Armées.

Le Colonel-Major Bambara Marie Omer Hermann a été nommé Chef d’Etat-Major de la Gendarmerie Nationale et le Colonel Ouédraogo Souleymane, Chef d’Etat-Major de l’Armée de l’Air.

Ces changements à la tête de l’armée burkinabè interviennent dans un contexte marqué par une recrudescence des attaques terroristes dans le pays.

La semaine dernière, une vingtaine de soldats burkinabè ont été tués dans des attaques dans plusieurs localités du pays. La plus meurtrière de ces attaques contre l’armée a fait lundi 14 morts et sept autres blessés, quand des assaillants venus en « nombre important » ont attaqué le détachement militaire de Yirgou dans la province du Sanmatenga dans la région du centre-nord du pays, selon le ministère de la défense.

Mercredi, à l’issue du conseil des ministres, le ministre délégué à la Défense Barthélémy Simporé, a déclaré que le contexte sécuritaire est « complexe » avec plusieurs acteurs agissant avec des objectifs différents.

Depuis plus de cinq ans le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes faisant de nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes.

En outre, les violences ont poussé quelque 17 500 personnes à quitter le pays depuis le début de l’année en cours selon l’ONU.

A ce jour, l’état d’urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, afin de faciliter la lutte contre le terrorisme.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page