MondeSociété

«Je m’incline devant leur sacrifice» : l’hommage de Macron aux 13 soldats tués au Mali

Le chef de l’Etat a égrainé les noms des « 13 enfants de la France », parmi les « plus valeureux soldats », tués lundi dernier au Mali. REUTERS/Charles Platiau
  • « Je m’incline devant leur sacrifice », « ils sont morts pour nous tous », a notamment déclaré Emmanuel Macron lors de son éloge funèbre. Il a ensuite remis, à titre posthume, la Légion d’honneur à ces 13 hommes.
  • Ces soldats sont décédés le 25 novembre , dans une collision entre deux hélicoptères, lors d’une opération contre des djihadistes au Mali
  • Avant la cérémonie d’hommage national aux 13 militaires français aux Invalides, les Parisiens ont pu se recueillir au passage de leurs cercueils à 11h30 sur le pont Alexandre-III
  • Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de leur accident

16h45. « Il aimait l’armée mais pas la guerre ». « On ne se prépare pas à perdre son amour… Il aimait l’armée mais pas la guerre », a réagi ce lundi sur RTL la compagne du lieutenant Pierre-Emmanuel Bockel, fils du sénateur du Haut-Rhin et ancien ministre Jean-Marie Bockel.

« Si seulement j’avais les mots assez justes pour parler de lui, c’était un homme heureux, qui aime se lever le matin pour aller le matin à son travail rejoindre ses frères », a aussi déclaré la jeune femme qui attend un enfant.

16h35. Le président rencontre les proches des victimes. Après son discours, Emmanuel Macron rencontre les familles des 13 soldats.

16h25. La cour des Invalides commence à se vider. Politiques et délégations de militaires quittent progressivement les lieux. La cérémonie a duré 1h30, dans un froid polaire.

16h15. Sonnerie aux morts et Marseillaise. La cérémonie se termine, comme elle l’avait commencé, par l’hymne national. Sur la marche funèbre de Chopin, des militaires remportent les dépouilles et les portraits des victimes. Les familles les suivent.

Guillaume Daret

@GuillaumeDaret

🇫🇷Les cercueils des 13 militaires français morts au Mali quittent les au son de la marche funèbre

Vidéo intégrée

franceinfo

@franceinfo

Emmanuel Macron remet à titre posthume la Légion d’honneur aux 13 militaires morts au Mali

Suivez la cérémonie en direct ⤵️http://bit.ly/34L5pBe 

Vidéo intégrée

15h50. Des pères et des maris qui disparaissent. Ces 13 soldats laissent derrière eux des compagnes, mais aussi 12 enfants, ainsi qu’un autre à naître.

15h45. Une inscription sur le monument aux morts pour la France. « Ces 13 noms seront inscrits dès demain à l’encre de pierre sur le monument aux morts pour la France », a annoncé le chef de l’Etat. Il poursuit : « Je m’incline devant leur sacrifice », « ils sont morts pour nous tous ».

14h40. « Les larmes coulent sur toutes les terres de France, mais ces larmes de tristesse sont mêlées d’espoir et de détermination. L’espoir en notre jeunesse, notre armée. La détermination à faire triompher les valeurs de notre République […] Nous ferons bloc pour cette vie de peuples libres conquise grâce à nos armées », a ajouté le chef de l’Etat.

15h37. Un mot pour les militaires de Barkhane. « Ils ont perdu 13 frères d’armes, pourtant ils se tiennent debout aux côtés de leurs camarades des armées du Sahel qui, elles aussi, payent le prix du sang sans autre but que d’accomplir leur devoir comme ils le font depuis 5 années au Sahel », a aussi appuyé le président.

15h35. Un hommage aux « 13 enfants de la France ». Le chef de l’Etat égraine les noms des « 13 enfants de la France », parmi les « plus valeureux soldats ». « J’assure du soutien du pays tout entier les frères d’armes de nos 13 morts », dont « certains sont parmi nous » et « tous les autres poursuivent le combat au Sahel », a-t-il aussi déclaré. Leurs portraits sont à retrouver ici.

« Leur engagement profond, modeste et discret n’est rendu public que par le sacrifice ultime, loin du fracas des mots inutiles », a aussi salué Emmanuel Macron.

15h25. 13 cercueils au milieu de la cour. Les frères d’armes des soldats tués ont transporté leurs dépouilles au centre de la cour. Près de chacun d’entre eux, se tient un militaire portant une photo.

15h20. 13 soldats tués. Voici les noms des 13 victimes de cette opération militaire

15h10Sur le pont Alexandre-III, des cercueils et des larmes. Retrouvez notre reportage, lors du passage des 13 cercueils sur le pont parisien ce lundi matin.

15h05. Le cortège présidentiel traverse l’esplanade des Invalides. Le président a emprunté le même trajet que celui des cercueils des victimes ce lundi matin. Accompagné de son épouse, il a salué le président malien, les maires des communes endeuillées, des membres du gouvernement et des délégations militaires.

14h55. Édouard Philippe salue les présents, François Hollande et Nicolas Sarkozy sont arrivés. 2 500 personnes sont désormais rassemblées dans cette cour.

BFMTV

@BFMTV

Les anciens chefs d’État Nicolas Sarkozy et François Hollande arrivent aux Invalides

Vidéo intégrée

On note la présence de Jean-Luc Mélenchon, à la tête de La France insoumise, venu accompagné du député Alexis Corbière, mais aussi d’Alain Juppé, de Jean-Pierre Raffarin, de François Bayrou, de la présidente du RN Marine Le Pen ou encore de Christian Jacob.

14h40. Le chef d’État-Major des Armées, le Général Lecointre, a salué les troupes présentes, en traversant la cour des Invalides.

14h30. Les treize cercueils sont arrivés Anonymes, familles de victimes, frères d’armes et politiques remplissent désormais la cour des Invalides.

Aude Abback-Mazoué@audemazoue

Au centre la cour des , les familles des 13 soldats morts.
@FRANCE24

Voir l'image sur Twitter

14h10. Un millier de places réservées aux anonymes. La cour des Invalides commence à se remplir. Un millier de places ont été réservées aux anonymes qui souhaiteraient assister à l’hommage.

14h. D’anciens présidents attendus. Outre Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy et François Hollande sont également attendus pour cet hommage. Valéry Giscard d’Estaing ne devrait quant à lui pas être présent. François Fillon et Bernard Cazeneuve, tous les deux anciens Premiers ministres devraient aussi faire le déplacement.

L’hommage national débute par un passage sur le pont Alexandre-III. REUTERS/Gonzalo Fuentes
L’hommage national débute par un passage sur le pont Alexandre-III. REUTERS/Gonzalo Fuentes  

Cet article vous a-t-il été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer