Société

Karl Lagerfeld avait désigné son chat comme héritier

Le couturier star Karl Lagerfeld est décédé ce 19 février à l’âge présumé de 85 ans. Il laisse le monde de la mode orphelin. Tout comme son chat, une femelle nommée Choupette. Il la considérait comme sa muse et l’avait désignée comme son héritière.

Un éventail à la main, des lunettes fumées, un catogan, des mitaines… Le monde de la mode vient de perdre l’une de ses plus grandes icônes : le « Kaiser » Karl Lagerfeld s’est éteint ce 19 février, à l’âge supposé de 85 ans, car il adorait laisser planer le doute sur son année de naissance, par coquetterie autant que par goût de ne rien vouloir faire comme les autres…

Sa silhouette et son talent étaient mondialement reconnus. Directeur artistique de la maison Chanel depuis 1982, l’homme était également connu pour son goût prononcé de la provocation et l’excentricité. La dernière en date : avoir confié sur Le divan, l’émission télé de Marc-Olivier Fogiel, qu’il avait désigné sa chatte Choupette comme son héritière. Chat alors !

« Elle a sa propre fortune »

Cela pourrait prêter à rire. Pourtant, Karl Lagerfeld était sérieux et vouait un véritable culte à son animal de compagnie, un « sacré de Birmanie », race de chat appelée aussi simplement « birman ».

Inspired by Le couturier avait adopté Choupette en 2011, après l’avoir eue en pension quelques jours, confiée par le mannequin Baptiste Giabiconi. « Elle a sa propre petite fortune, cest une héritière : s’il marrive quelque chose, la personne qui s’en occupera ne sera pas dans la misère », avait annoncé Karl Lagerfeld, avant de préciser : « L’argent des pubs quelle a faites, je ne le prends pas, c’est mis exprès pour elle. Choupette est une fille riche ! »

(Photo : capture Instagram)

La chatte Choupette est devenue la muse de Karl Lagerfeld. Depuis 2013, le créateur avait imaginé plusieurs collections « capsule » (collections en édition limitée) en son honneur. Égérie de nombreuses campagnes publicitaires et à la tête de comptes Facebook, Twitter et Instagram de plus de 100 000 abonnés, Choupette aurait rapporté 3 millions d’euros rien qu’en 2014, selon la presse people.

Elle est devenue l’un des chats les plus célèbres au monde. Karl Lagerfled refusait toutefois qu’elle tourne pour des publicités de produits alimentaires : « Elle est trop sophistiquée pour ça !,estimait-il. Elle a quelque chose d’unique. Elle est comme un être humain, mais avec une qualité : le silence. »

Le couturier assumait totalement la relation spéciale qu’il entretenait avec l’animal. « Elle est le centre de mon monde. C’est une sorte de Greta Garbo. Elle a quelque chose d’inoubliable, dans sa façon de se mouvoir. Elle inspire par son élégance et son attitude. Elle est irrésistible. Ça me fait rire à mon propre sujet, mais après tout, ça n’encombre personne et ça ne gêne personne ! », lâchait-il d’un ton malicieux avec son accent allemand prononcé.

Un livre dédié à Choupette

Il était fou amoureux de son petit animal de compagnie et ne s’en cachait pas. « Si elle va chez le docteur pendant deux heures, l’atelier est mort. Quand je suis en voyage, toutes les heures, on menvoie une image. […] Je veux savoir qu’elle est contente, qu’elle n’est pas malade. Le vétérinaire a dit qu’il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi hystérique que moi avec ce chat », n’hésitait-il pas à raconter à la presse.

Il lui a même dédié un livre, Choupette, la vie enchantée d’un chat fashion, publié chez Flammarion. Une véritable ode. Le couturier s’en amusait, comparant même l’animal à l’infante d’Espagne : « Vous connaissez le tableau de Velasquez, Les Ménines, avec l’infante Marguerite très entourée ? Choupette, c’est elle », aimait-il à répéter.

Dans le livre, il ne cachait pas le fastueux train de vie de son « aristocrate » entourée « de deux dames de compagnie et d’un garde du corps » : l’animal prenait ses repas « à table avec son maître, dans des plats en argent, préférant la musique sud-américaine à l’opéra, et ses délicates oreilles détestent les voix aigües ».

Peut-elle légalement hériter ?

Avec la disparition, ce mardi 19 février 2019, de celui qui présidait aux destinées de la maison Chanel, la question de l’héritage de Choupette se pose très sérieusement. Mais peut-elle légalement devenir héritière de son maître ?

En France, il est interdit de désigner un animal comme héritier sur son testament. Un animal n’existe pas en tant que personne physique et juridique. Lagerfeld le savait. À une question de Marc-Olivier Fogiel à ce sujet, il avait rétorqué : « C’est parfait car je ne suis pas Français, très cher… »

En cas d’application du droit allemand, une telle action deviendrait réalisable, mais Choupette ne devrait tout de même pas directement être l’héritière du grand couturier qui résidait en France et, sauf mention contraire, le droit du pays de résidence devrait s’appliquer en cas de succession.

Il existe sinon des solutions alternatives. Une personne morale, comme une association ou encore une fondation, peut très bien recevoir un legs ou un héritage. Ainsi, une association de protection animale qui en serait bénéficiaire pourrait par répercussion en faire profiter l’animal désigné comme « héritier » par le donateur. Karl Lagerfeld pourrait même avoir créé sa propre fondation, qui aurait notamment pour mission de s’occuper de son chat.

Autre possibilité : la star des couturiers a peut-être déjà désigné le prochain propriétaire de l’animal, qui héritera d’une belle fortune pour assurer le confort de l’animal jusqu’à la fin de ses jours. Ne vous inquiétez donc pas trop pour Choupette, « chat » ira bien pour elle

e

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer