Politique

RDC : Félix Tshisekedi élu président, selon les résultats provisoires

Les apprentis sorciers ont échoué en RDC grâce à la vigilance du peuple

Félix Tshisekedi a été élu président de la République démocratique du Congo (RDC), selon la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Matin Fayulu arrive second, devant Emmanuel Ramazani Shadary.

Félix Tshisekedi succède à Joseph Kabila. Après plusieurs jours d’un intense suspense, marqué par de multiples rumeurs, la Ceni a proclamé les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 30 décembre, à 3h du matin ce jeudi 10 janvier.

Félix Tshisekedi est élu président avec 7 051 013 voix, soit 38,57% des suffrages exprimés, selon les chiffres de la Ceni. Martin Fayulu arrive en seconde position, avec 6 366 732 voix, soit 34,83%, devant Emmanuel Ramazani Shadary, troisième, avec 4 357 359 voix, soit 23,84%.

Le taux de participation a été de 47,56%, a précisé Corneille Naanga, président de la Commission électorale. Sur les près de 40 millions d’électeurs congolais attendus, 18 329 318 ont pu voter le 30 décembre dernier.media

Qui est le nouveau Président de la RDC ?

Félix Tshisekedi effectue ses études secondaires et humanitaires à Kinshasa puis travaille dans des entreprises qu’il a co-fondé.

Il rejoint les rangs de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), parti dirigé par son père, puis en devient l’un des cadres. Fin 2008, il est nommé secrétaire national de l’UDPS chargé de l’extérieur1.

En novembre 2011, il est élu député à Mbuji-Mayi1.

En octobre 2016, il est nommé secrétaire général adjoint de l’UDPS1.

La volonté de Joseph Kabila de repousser indéfiniment l’élection présidentielle et de prolonger son mandat créé une situation tendue en RDC. L’opposition réunie au sein du Rassemblement de l’opposition (dont l’UDPS fait partie) négocie avec Kabila pour la tenue d’élections. Étienne Tshisekedi dirige les négociations pour le Rassemblement et son fils fait partie de la délégation qui négocie. Les négociations aboutissent aux accords de la Saint-Sylvestre signés le 31 décembre 2016.

À l’issue de ces accords, l’opposition doit proposer un candidat au poste de Premier ministre. Le nom de Félix Tshisekedi est souvent mentionné1,2,3,4.

En mars 2017, Pierre Lumbi est nommé président du Conseil des Sages du Rassemblement de l’opposition, il est co-président du Rassemblement avec Félix Tshisekedi5.

Le 7 avril 2017, c’est finalement Bruno Tshibala qui est nommé Premier ministre de la République démocratique du Congo6,7, faisant perdurer les divisions au sein de l’opposition8.

Fin mars 2018, il est élu à la présidence de l’UDPS. Il est aussi choisi candidat du parti pour la prochaine élection présidentielle, prévue pour décembre 20189. En août, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) valide la candidature de Tshisekedi à l’élection présidentielle10.

Le 30 décembre 2018, il est élu président de la République démocratique du Congo. Le 10 janvier 2019, la CENI proclamme les résultats provisoires des élections du 30 décembre 2018. Seuls 18 329 318 votants se sont exprimés lors de ce suffrage, soit 47 % des 40 millions d’électeurs congolais susceptibles de voter. Avec 7 051 013 de voix, soit 38,57 % de votes valablements exprimés en sa faveur, Félix Tshisekedi devance Martin Fayulu et ses 6 366 732 voix. Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du parti du président sortant termine sur la troisième marche du podium avec 4 357 359 voix11. Si les résultats devaient être validés par la Cour constitutionnelle, Félix Tshisekedi deviendrait le nouveau président de la République démocratique du Congo, succédant à Joseph Kabila et opérant ainsi la première transition démocratique du plus grand pays d’Afrique centrale.

Voir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer